laos, le pays des millions de sourires Index du Forum
  laos, le pays des millions de sourires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'éducation
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Dim 24 Oct - 18:57 (2010)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant


Un manuel de discipline positive à la disposition des parents et des enseignants lao

A l'occasion de la Journée d'action contre la violence faite aux enfants le 19 octobre dernier, la Commission nationale de la mère et de l'enfant de la RDP Lao, en coopération avec l'Organisation « Save the Children », bien présente au Laos, a organisé une réunion à Vientiane, pour diffuser un manuel traitant des violences commises à l'égard des enfants. Cette réunion s'est tenue en présence du vice-ministre de l'Education nationale,de la vice présidente de la Commission nationale de la mère et de l'enfant, Mme Sèngdeuane Lachanthaboun, du représentant de l'Organisation « Save the Children » au Laos, M. John Reinstein et d'une cinquantaine de participants.
L'objectif principal de la réunion était de faire part du succès de la réunion de travail sur la maltraitance des enfants, qui avait été organisée les 2 et 3 juin 2008 à Bangkok en Thaïlande et de diffuser un ouvrage, édité aujourd'hui en lao, pour aider les parents lao à comprendre leurs enfants, à tous les stades, de la plus jeune enfance jusqu'à l'adolescence, et leur appre ndre à réagir, face aux difficultés, sans violence. C'est un des grands objectifs du développement et de la protection des droits des enfants lao.
Ce manuel de lutte contre la maltraitance à l'égard des enfants est utilisé dans de nombreux pays et sert de base de formation aux parents et aux enseignants pour leur apprendre à utilis er d'autres formes de discipline. Au Vietnam par exemple, ce livre a aidé les formateurs du gouvernement à faciliter et à guider les parents sur l'utilisation d'une discipline positive à la maison et dans les écoles, ainsi que la façon de gérer les conflits et le stress de la famille. Aux Philippines, l'approche d'une discipline positive entre dans un projet de loi visant à interdire toute forme de violence à l'égard des enfants, y compris les châtiments corporels. En Mongolie et en Thaïlande, l'approche est utilisée par les ministères de l'éducation dans la formation initiale des enseignants  ; elle est encouragée dans les collectivités en particulier les écoles et des émissions de la radio nationale, en font l'écho.
Dans son discours, M me Sèngdeuane a déclaré: «  Le gouvernement s'attache prioritairement dans son plan de politique nationale, à prendre soin de la santé des mères et des enfants, de promouvoir leur développement et leurs droits, dans le but d'améliorer leurs conditions d'existence. La Journée d'action contre la violence faite aux enfants a été créée en 2006 à l'initiative des Nations Unies. Au Laos, cette journée n'est pas officiellement célébrée, parce que notre pays, a voté en 1989, une loi sur la protection des droits des enfants, et puis, aucun cas de violence contre des enfants, n'a été relaté. »
M. John Reinstein, dans son discours d'ouverture, a déclaré : «  Je vous accueille tous ici aujourd'hui pour le lancement officiel d'un manuel très important sur la discipline positive. Comme nous allons l'entendre aujourd'hui, la discipline positive est une approche pour aider les parents et les enseignants à utiliser des méthodes respectueuses de discipline à l'égard des enfants. La discipline positive aide les enfants à réussir, leur apporte la confiance et favorise leur croissance. Notre organisation « Positive Discipline » a été initialement expérimentée en Asie avec des professionnels travaillant avec des parents. Il a été constaté, bien que des exemples spécifiques de conflit parent-enfant sont plus pertinents dans certains pays que d'en d'autres, que les principes fondamentaux de la discipline positive sont universels, applicables dans le monde entier. Après cette période pilote, le manuel a été traduit dans la plupart des langues de cette région: chinois, japonais, coréen, mongol, birman, thaï et vietnamien » .


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Oct - 18:57 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Lun 15 Nov - 07:51 (2010)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

L'éducation en RDP Lao : des défis à relever


Ces dernières années, la situation générale de l'éducation en RDP Lao s'est sensiblement améliorée grâce plan stratégique mis en œuvre pour la réforme de l'éducation, plan dont la première phase s'est déroulée de 2006 à 2010. Mais des progrès restent à accomplir dans plusieurs domaines. C'est pour identifier ces domaines qu'a eu lieu en juin dernier, à Luang Namtha, la réunion annuelle des administrateurs de l'éducation de l'ensemble du pays, sous la présidence du ministre de l'Education nationale, le Dr Phankham Viphavanh. Selon les participants, les principaux défis à relever sont les suivants :
1. La qualité de l'éducation d'aujourd'hui ne permet pas encore de répondre correctement aux divers besoins du marché du travail. Elle est de surcroît très variable entre les villes et les régions rurales ainsi qu'entre les écoles publiques et les écoles privées. De plus, la qualité de l'éducation est différente entre les centres-villes et les régions rurales et entre les écoles publiques et les écoles privées, de sorte que de nombreux élèves ne peuvent atteindre le niveau qui leur permettrait d'entreprendre des études approfondies ou des recherches de manière à faire face aux tâches importantes auxquelles le pays sera confronté dans l'avenir.
2. La coordination entre la planification du développement socio-économique et celle des différents secteurs d'activité, surtout celui de l'éducation, n'est pas assez efficace. Le développement et l'utilisation des ressources humaines ne sont pas suffisamment pris en considération. Il en résulte que de nombreux investissement destinés au développement des ressources humaines ne sont pas adaptés aux besoins du travail. 3. La sélection des meilleurs enseignants n'est pas assez efficace non plus, ce qui constitue une limite pour les progrès du système éducatif comme pour les possibilités de corriger ses aspects négatifs.
4. La législation sur l'éducation pour tous n'est pas encore suivie des effets escomptés, notamment pour ce qui est de la participation des écoles, des familles et de la société. La sensibilisation du public à cette législation a pris du retard, de même que la mise en application du décret du Premier ministre n° 209 du 30 juillet 2007 concernant la pédagogie des premiers cycles de l'enseignement supérieur, dont les établissements n'ont pas été assez sélectifs, au cours de la période récente, dans le choix de leurs enseignants.
5. Il est difficile de remédier au problème du nombre insuffisant des enseignants car ils ont tendance à refuser d'exercer dans certaines régions alors que dans d'autres ils sont trop nombreux à se porter candidats.
6. Le contrôle des écoles privées reste insuffisant. Quelques-unes de ces écoles ne suivent pas les programmes officiels mis en place par le ministère de l'Education nationale, sans que leur direction soit rappelée à l'ordre.
7. Les objectifs de la réforme de l'éducation nationale ne sont pas expliqués assez clairement à la société. Faute d'une communication suffisante, les citoyens, et plus particulièrement les parents d'élèves, ne comprennent pas bien la nécessité de cette réforme, qui les oblige à supporter les frais d'une année scolaire supplémentaire puisque la durée de l'enseignement général est portée de 11 à 12 ans.
8. L'apprentissage dans les établissements publics d'enseignement supérieur, plus particulièrement dans les écoles professionnelles spéciales (payantes), de même que dans les écoles professionnelles privées, est d'une qualité professionnelle insuffisante.
9. La création d'établissements modèles d'enseignement général et professionnel, publics ou privés, n'est pas opérée comme prévu : cela reste théorique.
10. La langue lao est aujourd'hui source d'une grande inquiétude. L'utilisation de sa grammaire d'origine tend à se détériorer dans la langue écrite comme dans la langue parlée. Aujourd'hui, la science et la technologie connaissent un développement considérable, de même que l'intégration internationale, mais la recherche linguistique demeure inexistante.
Voilà donc un grand nombre de défis pour la RDP Lao, dont les autorités, à tous les niveaux de responsabilité, doivent rechercher ensemble et résolument les moyens d'assurer une nouvelle étape dans le développement de l'éducation du pays.




Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Lun 15 Nov - 10:30 (2010)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Ouverture de l'Ecole normale supérieure de Dongkhamxang  


L'Ecole de formation des enseignants du primaire et des classes maternelles de Dongkhamxang, de l'arrondissement de Hatxayfong de Vientiane, est devenue, aujourd'hui, « Ecole normale supérieure ».
La cérémonie d'ouverture de ce nouvel établissement a eu lieu le 29 octobre dernier, sous la présidence du vice-ministre de l'éducation nationale, Mme Sèngdeuane Lachanthaboun, en présence des enseignants et des fonctionnaires concernés et de nombreux d'étudiants.
« L'ancienne école de formation des enseignants du pri maire et des classes maternelles de Dongkhamxang avait ouvert ses portes en 1990. Chaque année, on y accueillait plus de 500 étudiants venant des lycées des différentes provinces du pays. Les étudiants passaient une à deux années de formation, (11+1, 11+2), et étaient ensuite aptes à enseigner en primaire et en maternelle », a déclaré la directrice de l'école normale supérieure de Dongkhamxang, M me Vila Sèngsavang,
L'objectif d'une école normale supérieure est de développer et d'améliorer la qualité de l'éducation, mais surtout de rehausser le niveau des connaissances et des compétences des étudiants lao. En cette rentrée, plus de 600 étudiants sont inscrits pour suivre un cursus d'études d'une plus lo ngue durée, soit deux ou trois années (11+2 et 11+3). Certains étudiants peuvent bénéficier d'une bourse du gouvernement. L'Ecole normale supérieure de Dongkhamxang comporte deux bâtiments composés de plusieurs salles de cours, d'une bibliothèque, d'une grande salle de réunion réservée aux différentes activités des étudiants, du bureau des 53 professeurs et de deux dortoirs.
Les matières qui y sont enseignées sont les mathématiques, la physique, la biologie, la littérature, la culture générale, l'artisanat, la peinture, la danse, la physique, la pédagogie, les sciences de l'éducation et l'hygiène. En plus, un cours de langue anglaise est dispensé pendant toute la durée des études.
Dans l'enceinte de l'école normale supérieure de Dongkhamxang, se trouve aussi une petite école maternelle, qui a pour spécificité d'être la première école maternelle « modèle»: elle doit en effet servir d'exemple à toutes les autres petites écoles du pays. Ici, six maîtresses s'occupent des 100 enfants inscrits, dans trois classes différentes. elles disposent d'un bureau, d'une salle à manger et d'une salle de bains. Cette petite structure est le lieu d'apprentissage des étudiants de l'Ecole normale supérieure, qui effectueront un stage d'un mois et demi.
Les étudiants qui ont terminé leurs études à l'Ecole normale supérieure de Dongkhamxang, n'auront aucune difficulté pour trouver un emploi d'enseignant, en raison de la multitude d'écoles privées maternelles et primaires déjà en service ou en cours de création dans la capitale Vientiane et dans l'ensemble du pays.





Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Sam 22 Jan - 11:58 (2011)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Perfectionnement de l’apprentissage dans le primaire


Vientiane, (KPL) -- La signature du mémorandum sur le projet de perfectionnement de l’apprentissage dans les écoles primaires du Laos a eu récemment lieu entre la directrice de l’INRSE, Institut national de Recherche sur les sciences de l’éducation, et Mme Phouangkham Somsanit et M. Khamhiane Inthava, directeur du FED, Fonds de l’éducation pour le développement, en présence du chef du bureau du ministère de l’Education, M. Bounsouk Thilasack.
Ce programme résulte de la coopération entre le gouvernement laotien, l’INRSE et le FED dans le but d’encourager à utiliser des manuels, le matériel scolaire et la méthodologie de niveau international.
Le projet passe par le site web d’Internet pour récolter des fonds dans le monde entier et acheter des livres pour les enfants défavorisés. Le slogan du site, www.booktoschool.org, pour séduire les donateurs étrangers est « Offrez des livres pour donner un avenir aux enfants ». La mise en œuvre du projet se fait en trois étapes, 2010-2012, 2013-2014 et 2014-2015. La première est destinée à la province initiale de Xékong où on a commencé à remettre des livres à 8 500 élèves et des manuels pédagogiques de première année de primaire à 250 enseignants. Le FED a donné 620 millions de kips pour organiser ces remises. Chaque élève devrait recevoir quatre livres de classe : mathématiques, langue lao, science fondamentale et éducation civique.
L’insuffisance des manuels scolaires dans les diverses écoles primaires des régions éloignées du Laos est une grande préoccupation pour les administrateurs de l’éducation du pays. La fourniture des manuels repose sur le financement du gouvernement et de l'étranger et ne peut pas encore satisfaire à la demande de l’éducation nationale. En conséquence, les manuels sont donnés collectivement à certaines écoles pour une utilisation de plusieurs années plutôt qu’individuellement à chaque élève, ce qui n'est pas propice à encourager les étudiants à cultiver l’habitude de lire à la maison.
Les élèves auront leurs propres manuels pour les aider à mieux étudier en classe et avoir une chance attendue depuis longtemps de développer l'autodiscipline et l'amour de la lecture à la maison. Les enseignants auront également des outils de base, dont ils ont besoin pour réaliser au moins une prestation de séances de cours et d'évaluation pédagogique.
D’après les statistiques nationales, la majorité des 8 500 élèves de la province de Xékong appartiennent à des minorités ethniques. La promotion indispensable de l’éducation est un des projets prioritaires du gouvernement allant dans le cadre de son désir de suppression complète de la pauvreté sur l’ensemble du territoire.


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Jeu 24 Fév - 18:57 (2011)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Done Koy, une école primaire ouverte à tous les enfants


Tout le monde sait que l'éducation de la population d'un pays est un des facteurs « clé », pour son propre développement. C'est à quoi le gouvernement du Laos, et, par conséquent, le ministère de l'éducation nationale, s'attachent à mener, depuis quelques années, une politique dans ce domaine, dont l'objectif principal serait, que tous les jeunes enfants lao, aient droit à l'éducation et entrent à l'école primaire dès l'âge de six ans, quelques soient leurs conditions sociales. Les enfants lao, doivent tous être égaux en droit face à l'éducation. Cela leur permettrait de grandir dans de meilleures conditions physiques et mentales et d'améliorer par la suite leurs conditions d'existence. La famille se doit également, d'envoyer ses enfants à l'école, de les encourager, voire de les forcer à terminer au moins leur scolarité primaire, même dans les familles les plus pauvres, où malheureusement, bon nombre de parents ne permettent pas à leur progéniture, en particulier, à leurs filles, d'aller à l'école. Ces dernières sont souvent contraintes, dès leur plus jeune âge à abandonner l'école pour prendre soin de leurs frères et sœurs plus jeunes et de travailler ainsi pour la famille. Il est important que les parents et les membres de la société prennent conscience qu'il est primordial d'éduquer les jeunes, afin de les préparer à prendre le relais et de les rendre capables d'entreprendre les futures missions de la nation. Mais, il arrive souvent que le coût financier d'une scolarité, soit une entrave à la détermination des parents de voir éduquer leurs enfants. Ainsi, une école primaire de Vientiane, l'école Done Koy, est devenue, en 2010, une école modèle, sur l'aide à apporter aux élèves venant de milieux défavorisés. Cette école, située dans le quartier de Done Koy, arrondissement de Sisattanack, à Vientiane, près de l'hôpital de Xaysetthathirath, a été créée en 1990, par sa directrice actuelle, M me Khamsouk Souphanhthong. Elle avait, dès le départ, vocation à accueillir des enfants non scolarisés par faute de moyens des familles. Au départ, l'école ne comptait que cinq classes, pour une superficie de 2000 m 2 , jusqu'à ce qu'en 2000, le gouvernement projette de rénover l'hôpital. En conséquence, l'école a pu bénéficier des travaux de réhabilitation de l'établissement hospitalier dans le cadre des travaux de construction, mais aussi avec le soutien financier du fonds d'aide international aux femmes du Laos. A l'heure actuelle, l'école s'étend sur une superficie de 1800 m 2. Elle se compose de trois bâtiments, qui accueillent huit classes et un centre d'activités extra scolaires. Dans ce local privilégié, les enfants peuvent réaliser de nombreux travaux manuels de toutes sortes, qui seront exposés et ensuite vendus aux visiteurs. L'argent, ainsi généré, sera destiné à financer la scolarité des enfants de familles défavorisées. Une idée géniale, qui développe à la fois les talents des jeunes, mais aussi, qui les sensibilise à l'esprit d'entraide et de solidarité.



La directrice de l'école, M me Khamsouk Souphanthong, a donné quelques informations supplémentaires « Toutes ces activités dont vous parlez, se réalisent selon le bon vouloir des enfants, mais, il n'y a jamais de problèmes. Aujourd'hui, notre école compte six professeurs pour 160 élèves. Sur cet effectif, il y a seulement 100 élèves, dont les familles payent le droit d'écolage. Pourquoi ? Parce que nous avons constaté, toutes ces dernières années, que beaucoup d'enfants avaient déserté l'école, par faute de moyens de leurs parents. Ainsi, nous avons accordé la gratuité à certains enfants dont les parents n'avaient pas de revenus suffisants. C'est l'esprit de cette école qui va dans le sens de toute la politique du ministère de l'éducation nationale, dont l'objectif principal, et que d'ici 2015, tous les enfants lao soient scolarisés, au moins jusqu'en fin de cycle primaire, particulièrement les filles et que ce projet se réalise sans aucune distinction ethnique. J'ajouterai que depuis plus de dix ans, notre école reçoit le soutien du fonds international d'aide aux femmes, ce qui nous permet d'investir dans de nouveaux équipements éducatifs ».


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Sam 5 Mar - 08:26 (2011)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Bientôt une université à vocation professionnelle au Laos


En 2012, la République Démocratique Populaire Lao disposera d'une nouvelle université dotée d'un centre de formation professionnelle et de dévelop pement de la main- d'œuvre, une structure qui se veut d'un standing international et dont le projet remonte à 2009. Cette université et ce centre seront construits dans le village de Dongbang, arrondissement de Xaythany, à Vientiane. Son coût, 1 7 millions de dollars, sera assuré par des investissements provenant de l'université de Boudviset et l'entreprise BC.
Le centre sera composé de différents départements de formation, 39 au total (avec dortoirs) et accueillera neuf promotions d'élèves dans les secteurs suivants : agriculture-plantation et élevage, construction, mécanique, électricité et climatisation, exploitation minière, tourisme, hôtellerie, gestion des services économiques, marketing et enfin langues étrangères.
Chaque année de formation sera divisée entre deux semestres durant de trois à six mois, pour une durée d'un an (certificat dit élémentaire), deux ans (certificat dit moyen) ou trois ans (niveau licence). Cependant, le centre, dans le cadre de la formation continue, accueillera également des personnes tr availlant déjà et souhaitant se perfectionner, pour des durées plus courtes, comme une semaine ou un mois. Elles recevront également un certificat.
Le directeur de l'université de Boudviset et par ailleurs directeur du comité de gestion du projet, M. Chansavath Khounviset, explique son projet en ces termes : « La construction de ce centre de formation professionnelle répond à la stratégie de développement conjointe de l'université de Boudviset ainsi que de la société BC. De plus, il remplira une véritable mission de service public, puisqu'il permettra aux étudiants lao d'acquérir des connaissances et des capacités reconnues sur la scène internationale. Le niveau des diplômes délivrés n'aura rien à envier aux diplômes délivrés à l'étranger. A terme, cela permettra au pays de former lui-même ses techniciens et ingénieurs, plutôt que d'avoir recours à de la main- d'œuvre étrangère, faute de main-d'œuvre qualifiée au Laos. Pour démarrer les travaux, nous attendons le feu vert du gouvernement. La construction devrait démarrer en 2012 et accueillir ses premières promotions un an plus tard . »





maquette du futur site.


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 09:03 (2011)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Zoom sur l'école primaire de Thongkang







La politique du gouvernement et du ministère de l'Education nationale prévoit d'ici à 2020 une réduction sensible des disparités entre provinces dans la qualité de l'enseignement, afin d'offrir à tous les enfants du pays les mêmes droits face à l'éducation, afin de leur permettre de grandir dans de meilleures conditions physiques et mentales et d'améliorer par la suite leurs conditions d'existence. Il en va également de la responsabilité des familles qui doivent envoyer leurs enfants à l'école, les encourager, voire les forcer à achever au moins leur scolarité primaire, même pour les familles les plus pauvres dans lesquelles, malheureusement, les enfants n'ont pas accès à l'éducation, en particulier les filles.
L'école primaire de Thongkang, arrondissement de Sisattanak, à Vientiane, est devenue en 1997 une école modèle. Propre, dotée d'espaces verts ainsi que d'un accès à l'eau potable, elle compte 97 % d'élèves réputés talentueux. Cinq d'entre eux font partie des meilleurs du district, tout comme quatre professeurs. A sa création en 1993, l'école comptait 120 élèves. Désormais, elle en accueille 340. A l'origine, elle ne comptait que six classes et une bibliothèque, pour une superficie de 3 000 m². Sa directrice adjointe, M me Oun Si Ouboun, s'est confiée au Rénovateur : « Nous disposons d'un programme d'enseignement de l'anglais chaque jour de 16h à 17h. Les familles doivent payer 10 000 kip par mois, mais ce programme est gratuit pour les familles pauvres. Du lundi au vendredi, un volontaire du ministère de l'Éducation nationale assure un cours d'initiation à l'informatique. Depuis plus de dix ans, notre école reçoit le soutien du fonds contre le Sida ainsi que du projet d'assainissement des eaux, ce qui nous permet d'investir dans de nouveaux équipements éducatifs. De plus, il n'y a jamais de problèmes. Les élèves sont disciplinés et ceux issus de familles pauvres bénéficient du même droit à l'éducation. L'esprit de notre établissement est en totale concordance avec le projet du ministère de l'Éducation nationale qui prévoit que d'ici 2015, tous les enfants soient scolarisés en cycle primaire. L'un de nos objectifs de développement est la construction d'un nouveau bâtiment, mais il ne verra pas le jour avant quelques années, faute de fonds suffisants. »





Les élèves issus de familles pauvres bénéficient du même droit à l'éducation que les autres.


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 06:22 (2011)    Sujet du message: L'éducation Répondre en citant

Politique en faveur des familles modestes à l'école primaire


Les familles pauvres ayant plusieurs enfants scolarisés à l'école primaire dans le quartier de Donkoy, arrondissement de Sisattanak, à Vientiane, ont la possibilité de ne payer les droits d'écolage que pour un seul enfant. La scolarité est donc gratuite pour les autres enfants de la fratrie, ceci afin de favoriser l'égalité.
Entretien avec la directrice de l'école, M me Khamsouk Souphanhvong : « Le gouvernement seul ne peut atteindre cet objectif. Ainsi, j'ai mis ce système en place afin d'aider les familles qui en ont le plus besoin et d'offrir à tous leurs enfants la possibilité d'apprendre. »
Grâce à cette initiative, M me Khamsouk a reçu un prix décerné par des professeurs remis par l'organisation internationale des femmes au Laos (WIG) dans les années 1990, alors qu'elle enseignait à l'école primaire Donnokkhoum dans l'arrondissement de Sisattanak. Sous sa direction, le nombre d'enfants inscrits à l'école a augmenté progressivement.
Aujourd'hui, on compte 156 élèves dont 20 bénéficient de la politique sociale de l'école.
La bonne gestion permet de maintenir la viabilité financière.
Le montant des frais de scolarité se monte à 100 000 kip par enfant et par an.
L'argent récolté assure l'entretien du mobilier et des bâtiments.
Les familles plus aisées sont prêtes à payer plus et grâce à elles, les enfants issus de familles très modestes peuvent suivre une scolarité.
M. Vixay Xayasith résident du quartier de Donkoy a deux enfants scolarisés mais ne paie que pour un seul conformément à la politique de l'établissement scolaire. Il a déclaré : « Je pense que cette politique doit se poursuivre aussi longtemps que possible car c'est une aide précieuse pour les familles pauvres comme la mienne. Grâce aux économies que je réalise, je peux acheter du matériel éducatif pour mes enfants. »
Lors de la Journée internationale de la femme le 8 mars, M me Khamsouk a lancé un appel aux responsables de l'éducation. Elle aimerait que davantage de postes soient offe rts aux femmes professeurs ainsi que des formations spécifiques pour élargir leurs compétences et leurs connaissances.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:23 (2016)    Sujet du message: L'éducation

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com