laos, le pays des millions de sourires Index du Forum
  laos, le pays des millions de sourires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Divers mais intéressant

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Ven 29 Jan - 14:34 (2010)    Sujet du message: Divers mais intéressant Répondre en citant

Le marché de la presse étrangère au Laos

En langue lao, en français ou en anglais, vous pouvez choisir vos lectures selon vos goûts. Pourtant, le magazines vedettes thaïlandais tels que Star's News, New trend, Spicy ou Smile etc…obtiennent de plus en plus de succès au Laos.

In les trouve en général chez les vendeurs au prix de 25 bath et d'occasion au Talad Sao pour 8000 kip le magazine.

Un microtrottoir permet de mieux comprendre ce phénomène. Un vendeur au marché de Talad sao

« Avant je vendais des magazines lao tels que Up Date, Mahaxon, Saolao mais maintenant je ne vends que des revues thailandaise car les gens aiment tout savoir sur la mode des dernières collections. L'offre est aussi plus diversifiée. Au Laos, il n'y a pas de magazine dédié à la mère et son enfant, alors les jeunes mères achètent un magazine thailandais qui en parle. Je vends ce que me demandent les clientes. L'autres gros succès, ce sont les revues qui parlent des vedettes. Les clients sont les coiffeurs, les salons du beauté ou les boutiques de vêtements qui les achètent pour s'informer des nouveaux styles de coiffures et des nouvelles tedances vestimentaires des jeunes. Je vends 100 magazines par semaine. »

Mlle Latsamy Sivongxay, 19 ans, étudiante au collègue Kavin

« J'aime beaucoup lire les magazines où sont présentées les vedettes thailandaises parce que je veux être à la page. Je les achète en général à Nongkhai en Thaïlande quand je rends visite à ma famille .mes rubrique préférées sont l'horoscope et la beauté »

Mlle Chindavanh, 22 ans, étudiant de l'Université nationale du Laos.

« On doit lire les magazines lao. Je les trouve beaucoup plus intéressants que la presse thaïlandaise et surtout Up Date, Mahaxon, Saolao, Target, Culture Sayo lao. En librairie, on les identifie très vite grâce à leurs belles couleurs. Ils présentent les vedettes lao, les jolies jeunes filles, les groupes de chanteurs, les étudiants qui réusissent dans les écoles de Vientiane ».

____________________________________________

Les marchands ambulants de Vientiane

La croissance économique actuelle du Laos a fait naître une palette de nouvelles vocations, dont celle de camelot ambulant, pratiquée essentiellement à Vientiane. Dans le passé, cette activité était réservée aux personnes âgées. Maintenant, c'est plus souvent des jeunes que l'on voit circuler dans les rues, proposent leurs marchandises aux chalands. Certains d'entre eux ont réussi à se sédentariser en prenant pignon sur rue ou en tenant une boutique au Talat Sao. Leurs produits, « généralement « made in China » non pas changé. Cela va de la pince à linge à la raquette anti-moustique en passant par la scie à métaux ou le stylo-bille éclairant.

C'est un éventail de tous ces objets du quotidien que proposent les camelots qui parfois font de nombreux kilomètres pour vendre leurs produits.

A pieds, à vélo, en bus, en voiture taxi ; tous les moyens de transports sont bons pour écouler la marchandise. Il est courant de rencontrer plusieurs de ces marchands ambulants dans le même secteur, comme les gares routières, les lieux touristiques ou dans tout autre endroit qui génère du passage. Pour éviter une trop forte concurrence, certains n'hésitent pas à sortir de la capitale pour vendre de village en village voire dans d'autres provinces. Selon un sondage du département d'Industrie et de commerce de Vientiane, cette activité a pris son essor l'année 2000 avec l'arrivée massive des pays voisins .

Chacun a sa technique de vente, certains argumentent la qualité de l'article, d'autres son prix compétitif où sa rareté. Enfin, tous usent de sourires de gentillesse et de patience, arguments suprêmes de tout commercial qui se respecte .

Fait nouveau dans la profession, les marchands ambulants se réunissent pour faire une commande groupée de leurs produits aux grossistes de Vientiane. L'opération se révèle judicieuse, elle leur permet de faire de plus gros bénéfices.

La devise des marchands ambulants est « tout doit disparaître ». Chaque matin, quant ils partent sur les chemins avec leur panier ou leur plateau rempli de mille et un objets, chacun caresse le souhait de revenir à vide et les poches pleines

______________________________________________

Généralisation du paiement de salaires par virement bancaire

D ans le cadre de la généralisation des paiements de salaires par virement bancaire, la Banque pour le Commerce Extérieur Lao (BCEL) vient de signer un accord avec plusieurs institutions d'Etats adoptant ce système.

L'accord a été signé la semaine dernière au ministère des Finances entre le directeur général de la BCEL, M. Sonesay Sitphasay et les représentants de 17 Institutions : le ministère de l'Information et de la culture, le ministère de l'Education, le Front lao d'édification nationale, la Fédération de syndicat lao, le Centre de la jeunesse lao, l'Union des femmes lao, la Croix-Rouge lao, l'Académie Nationale de Politique et d'administration Publique, l'Université nationale du Laos, l'Institut des Sciences sociales, l'Agence des sciences et de la technologie, le Comité national des sports lao, le Tribunal populaire, l'Organisation juridique, l'Organisation nationale de la gestion de terrain, l'Administration du contr ôle de comptab ilité, l'Administration du parquet général et de la cour populaire suprême.

La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre des Finances, M. Somdy Douangdy et du gouverneur adjoint de la Banque de la République Démocratique Populaire Lao, M. Somphao Phaysith. Près de 5 000 fonctionnaires se verront dorénavant attribuer leur salaire par virement bancaire.

Ce système avait déjà été expérimenté par le ministère des Finances dès le mois de février 2008, au profit des fonctionnaires de trois ministères. Pour les organisations administratives du Parti et les services publics, qui n'ont plus à effectuer leurs paiements en liquide, c'est un changement radical pour la comptabilité des Institutions.

Les premier et deuxième jours de chaque mois ont été fixés comme jours de paye pour les fonctionnaires. De plus, le ministère des Finances a déjà mis en service des ordinateurs connectés au réseau qui ont servi à la première formation des fonctionnaires des trois ministères (explication des démarches pour l'ouverture d'un compte en banque et l'utilisation de la carte ATM). Les 17 secteurs susmentionnés en bénéficieront dès la fin du mois de septembre. Ensuite ce système sera étendu à 18 autres secteurs, puis à toutes les provinces en 2009.

Les salaires seront virés sur les comptes bancaires des fonctionnaires à la BCEL à la fin de chaque mois. Ils seront en mesure d'accéder à leurs comptes par l'intermédiaire de succursales et de guichets automatiques bancaires.

« Ce système va simplifier toutes les opérations comptables, a déclaré le chef adjoint du bureau du ministère des Finances, M. Sanya Praseuth. Il ne comporte aucune faille et un personnel formé assure son fonctionnement. Notre ministère encourage les autres institutions d'Etat à adopter ce système qui, une fois uniformisé, sécurisera les mouvements d'argent sur l'ensemble du pays. »


_____________________________________________

Le Gong de la paix mondiale résonne au Laos
Quand on frappe sur un gong, les vibrations et le son se propagent du centre vers la périphérie et il résonne partout aux alentours. C'est ainsi que l'esprit de la paix se propage, pénètre chaque âme humaine et son écho est répercuté à travers l'humanité tout entière. C'est pourquoi le Comité indonésien pour la paix mondiale a choisi le gong comme symbole pour propager le message de paix, de fraternité et de préservation de l'environnement.
L'histoire du Gong de la Paix remonte loin. Vieux de 450 ans, il vient du village de Jeyara, à l'ouest des Monts Moria, au centre de Java. Appartenant à Mme Musrini, il était dans sa famille depuis sept générations. Il a servi pour la première fois en 2002 lorsque la Présidente indonésienne Megawati Soekarnoputri le fit résonner à Bali. Depuis, il a été présent à plusieurs cérémonies présidées par les présidents successifs de l'Indonésie.
Un village de la Paix mondiale sera édifié à Bali sur un terrain de 450 hectares. Au centre se trouvera le monument de la Paix mondiale qui abritera le Gong de la Paix mondiale, l'œuvre originale de huit mètres de diamètre.
Le Gong de la Paix mondiale porte tout un ensemble de symboles. Autour du centre bombé, qui représente notre globe, sont inscrits les signes des dix plus grandes religions de la terre : Islamisme, Christianisme, Hindouisme, Bouddhisme, Hindouisme de Bali, Shintoïsme, Judaïsme, Sikhisme, Confucianisme, et Taoïsme.
Un autre thème du Gong de la paix mondiale est l'environnement, représenté par deux fleurs. L'environnement est important pour la paix et pour l'humanité. Le Gong doit éveiller la conscience de tous sur la protection de la planète car la détérioration de l'environnement pourrait être source de futurs confl its , tel est le message. La partie externe du gong est recouverte par les drapeaux des 218 pays du monde.
Le Village de la Paix mondiale comportera un centre de conventions qui abritera les conférences pour la paix. Un lieu de culte sera édifié pour chacune des dix plus grandes religions du monde. Les 218 pays ayant leur drapeau sur le gong seront représentés chacun par une maison construite dans l'architecture caractéristique du pays. Et, enfin, un jardin botanique rassemblera les espèces rares, rappelant aux visiteurs la nécessité vitale de préserver l'environnement.
Il est prévu que, chaque 12 octobre, les dirigeants des pays dont les drapeaux figurent sur le gong, viendront, tour à tour, le faire résonner et qu'au milieu de l'année, ce sera le tour des leaders religieux.
Avant que le gong géant de bronze puisse être installé à Bali, des répliques sont offertes à divers pays du monde. Ces répliques, d'un diamètre de moins de deux mètres, ont déjà été installées en Chine, au village de la Paix de Peng Lai dans le Shandong ; en Inde, au Raj-Ghat, près du mausolée du Mahatma Gandhi ; et au Mozambique.
Le Laos est le quatrième pays choisi pour recevoir le Gong de la Paix. Le Gong sera placé dans une sala de style traditionnel lao au parc de Patouxay, faisant pendant à l'Arc de Triomphe. Il sera ainsi exposé à la vue de tous. C'est le Vice Président de la RDP Lao, M. Bounnhang Vorachit, qui présidera la cérémonie et lui donner trois cou ps le faisant résonner pour la première fois au Laos devant un millier de personnes, ministres, ambassadeurs, officiels et la population de Vientiane. Des colombes seront libérées pendant que les moines réciteront la prière du Sayanto. Le Gong sera auparavant remis au ministre des Affaires étrangères, le Dr Thongloun Sisoulith représentant le Gouvernement Lao, par M. Djuyoto Suntani, président du Comité indonésien pour la paix mondiale. Ce dernier avait déclaré, lors d'un précédent voyage à Vientiane pour annoncer la remise du Gong au Laos : «  Nous avons choisi le Laos parce que le peuple lao est un peuple qui chérit la paix. Au Laos règne la paix, la sécurité, la stabilité, l'harmonie. Il n'y a pas de guerre, pas de conflit, ni avec ses voisins, ni à l'intérieur. Bien que petit pays, il a su, dans le passé, régler les problèmes par des moyens pacifiques. Le Lao s est respecté dans le monde comme un pionnier de la paix mondiale, un pays qui a su préserver la paix, son héritage et sa culture. En installant le Gong de la paix mondiale à Vientiane, nous déclarons au monde que le Laos a été notre inspirateur pour préserver la paix et que les peuples du monde devraient s'inspirer de l'exemple du peuple lao  ».
Le Vice Prés ident remettra au Président du Comité indonésien pour la paix mondiale la Médaille de l'Amitié en reconnaissance de la contribution de ce comite à la paix mondiale et pour le remercier. La cérémonie se terminera par la danse ses souhaits exécutée par les artistes du ministère de l'Information et de la culture.



Espérons que cela apportera aussi la paix aux peulples Hmongs...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Jan - 14:34 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Ven 29 Jan - 14:35 (2010)    Sujet du message: Divers mais intéressant Répondre en citant

Vieux de 2500 à 3000 ans


moujo


  Le tambour de bronze découvert récemment dans les mines de cuivre de Sépone a été remis officiellement, mercredi, par M. Richard Taylor, directeur général de la Société MMG au ministère de l'Information et de la culture, en présence d'une foule d'invités lao et étrangers. L'ambassadrice d'Australie, le Dr Michèle Forster, et le directeur général du département de l'Héritage, le Dr Thongsa Sayavongkhamdy étaient présents à la cérémonie qui s'est déroulée au Musée national à Vientiane.
Le directeur général adjoint du département, M. Viengkèo Souksavatdy a présenté le tambour à l'assistance. C'est une pièce magnifique, d'une dimension encore inconnue au Laos. Le tambour est du type Heger I, et aurait entre 2500 et 3000 ans. Il est composé de trois parties : une partie supérieure convexe, une partie médiane cylindrique et la section inférieure de la forme d'un cône tronqué. Des quatre double anses situées entre la partie convexe et le cylindre, une est manquante. « Nous avons cherché partout mais ne l'avons pas trouvée », m'a confié M. Samane Aneka, directeur de Lane Xang Minerals, filiale de MMG.
Le tympan est décoré de figures placées en cercles concentriques autour de la partie centrale légèrement bombée, partie sur laquelle se fait la percussion. Détail remarquable : des pans cassés et partiellement détachés du tambour ont été « recousus » avec du fil de bronze. Les réparations semblent dater de quelques milliers d'années !
Le tambour est exposé au Musée national dans un cube en plastique transparent commandé en Australie par la société MMG.


Un peu d'histoire



Les tambours de bronze sont scientifiquement appelés tambours de Dongson, du nom du site vietnamien de la province de Tran Hoa où ils furent trouvés avec une quantité d'objets en cuivre. La civilisation de Dongson daterait, selon certains chercheurs, du VIII e siècle avant JC. Tandis que d'autres scientifiques la placent entre le IV e et le II e siècle. Toujours est-il que ces tambours se retrouvent dans toute l'Asie du Sud-est, de la péninsule indochinoise jusqu'en Indonésie en passant par la péninsule malaise. Leur fabrication varie avec le temps et l'espace. Ils sont classés en quatre types par le chercheur autrichien Heger. Ceux du type Heger I sont les plus anciens. Deux tambours du Type Heger I trouvés en Malaisie sont datés du V e siècle. A ce jour, treize tambours du type Heger I ont été découverts au Laos, dont trois dans la province de Champassak et le reste dans la province de Savannakhet.
Cette concentration de tambours de ce type dans la province de Savannakhet indique-t-elle qu'une route d'échanges commerciaux existait déjà entre le Golfe du Tonkin et le Mékong ? Ce qui voudrait dire que ce n'est pas nous qui avons inventé le Corridor Est-ouest ? Ou bien tout simplement que la région de Savannakhet se trouve à proximité de Dongson.


Les chercheurs s'accordent à reconnaître que les tambours de bronze sont des objets rituels en dehors de leur usage comme instrument de musique ou de communication. Mais leur usage est multiple suivant les périodes ou les régions.
La présence de grenouilles en quatre groupes sur le bord du tympan indique que c'est un instrument pour appeler la pluie car cet animal est symbole de pluie. La symbolique de l'étoile centrale du tympan n'est pas claire. Si certains, comme Madeleine Colani, croient que c'est le soleil, d'autres, comme Helmut Loofs-Wissowa, considerent que l'étoile ne signifie « rien ». Ce sont les triangles équilatéraux dont les pointes sont tournées vers le centre qui créent un espace vide à forme d'étoile. Le mystère reste entier.
Placées dans les tombes avec des objets personnels du défunt, un chef ou un prêtre, ils peuvent être utilisés pour des rites funéraires. Des scènes montrent des personnages ou des esprits dans des barges qui semblent voguer vers l'au-delà. Est-ce un lien entre le monde des hommes et celui des défunts ?
Ils peuvent aussi servir de monnaie d'échange, notamment pour acheter une femme, ou pour le mariage des chefs. Ils peuvent servir de tambours de guerre pour alerter ou pour rassembler la population. Certains s'en servent pour le culte des ancêtres, d'autres pour guérir des maladies, d'autres encore pour des sacrifices pour obteni r une bonne récolte, une bonne chasse ou une pêche fructueuse. Ils peuvent aussi servir de marmite à riz. Mais on se souvient de la légende selon laquelle le général chinois Ma Yuan plaçait des tambours sous les c ascades pour faire croire à l'ennemi qu'une armée immense était en marche. « Le tambour de bronze est surtout symbole de pouvoir », affirme M. Viengkèo. Au Laos, comme au Cambodge et en Thaïlande, les rois collectionnaient ces tambours. Ils servent aux cérémonies de couronnement et d'investiture. Symbole aussi de richesse et de rang social, il est le garant de la fortune, de la santé et de la fertilité du propriétaire ou du village tout entier. 


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Lun 2 Juil - 19:01 (2012)    Sujet du message: Divers mais intéressant Répondre en citant

Tentative de sauvetage d'un arbre sacré 

 

 
 

 
Le manikhoth est considéré comme un arbre sacré d'après une ancienne légende sanscrite du Phra Lak Phra Lam, la version lao du Ramayana( on l'a dans le forum, et traduite bien sur). Selon la croyance bouddhique, il poussait autrefois dans des forêts sacrées (himaphan). On en trouve aujourd'hui aux environs des villages de Thakhor et de Phapheng dans la province de Champassak. Un manikhoth comporte trois branches principales. Suivant la légende, manger un fruit de la première branche apporte la jeunesse éternelle et une longue vie, un fruit de la deuxième donne du pouvoir et de l'importance, tandis que ceux de la troisième branche, orientée vers l'ouest, sont source de malchance et peuvent transformer en singe celui qui en consomme. 

 
L'un de ces arbres, perché sur un éperon rocheux au milieu d'un cours d'eau, à proximité de la chute d'eau Khonephaphéng, vient de connaître un grand malheur. L'histoire de cet arbre est inconnue, mais les habitants disent qu'il est là depuis toujours. Beaucoup d'entre eux pensent même qu'il était déjà là à l'époque du Royaume de Lane Xang, qui a été fondé au XIVe siècle. Malheureusement, il s'est effondré le 19 mars dernier, à la grande tristesse des habitants de la province de Champassak comme de tous les Lao. Au bout de plusieurs mois de doute et d'inquiétude, une équipe de spécialistes venue de Vientiane a tenté de déplacer le manikhoth à l'aide de deux hélicoptères militaires. Des milliers de personnes se sont déplacées pour assister à cette tentative. Mais celle-ci a échoué, à l'immense déception de cette foule, car les sauveteurs n'étaient pas sûrs que la partie immergée de l'arbre pourrait résister. Les 15 spécialistes de l'équipe ne savaient pas, en effet, quel résultat allait donner un essai d'enlèvement par hélicoptères, car le niveau de la rivière s'était élevé et une partie importante de l'arbre était immergée dans une eau profonde et à fort courant. Après des heures d'espoir, force a été d'admettre qu'il faudrait attendre l'année prochaine. Selon les spécialistes, non seulement on ne pouvait prédire le résultat d'une tentative de déplacement dans ces conditions, mais de plus il était important de consulter les villageois pour s'assurer qu'aucune action n'irait à l'encontre de leurs rites ni de leurs traditions. Un comité a ainsi été constitué pour sauver le manikhoth. 

 

 
Lorsque la rivière atteindra son niveau plus bas, en mars de l'année prochaine, on pourra tenter de sauver l'arbre dans des conditions plus sûres. Un fonctionnaire du service provincial de l'Information, de la culture et du tourisme de Champassak, M. Sivone Vankhonevilay, a déclaré : « Le manikhoth a une longue histoire et tient une place importante dans le contexte des croyances locales. Nous ne pouvions pas décider immédiatement comment faire sans demander aux gens de la région s'ils étaient d'accord ou non. » 


Phetphoxay Sèngpaseuth


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:33 (2016)    Sujet du message: Divers mais intéressant

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com