laos, le pays des millions de sourires Index du Forum
  laos, le pays des millions de sourires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le mariage

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Ven 29 Jan - 17:45 (2010)    Sujet du message: Le mariage Répondre en citant

Tout un cérémonial à respecter;

Le Phakhouane
Littéralement Soukhouane signifie appel aux esprits qui
forment la partie noble de notre corps à la réintégrer et
à le protéger. Et pour éviter qu’ils s’en échappent de
nouveau, de les attacher avec du fil de coton.
Acte principal du mariage lao, avec publicité,
mondanités, réjouissance, la cérémonie a lieu chez la
mariée.
Une nappe blanche est étendue sur l’endroit où sera
posé le Phakhouane (Plateau du Soukhouane) dont le
montage et la composition doivent se conformer autant
que possible à la tradition : nombre d’étages,
ingrédients symboliques, orientation.
La fiancée attend le fiancé devant le Phakhouane

Cortège du fiancé
Le fiancé est conduit à la demeure de la mariée en
cortège formé de compagnons de son âge, des invités
de son village ou de son quartier.
Le fiancé porte un cierge allumé, symbole de conduite
irréprochable et d’honnêteté (visage découvert). On
ajoute parfois un porteur de sabre, symbole de courage
et de chevalerie, et un parapluie pour le protéger de
l’ardeur du soleil, aussi symbole de sollicitude et
d’affection.
Le cortège s’avance en chantant cet événement
réjouissant


Accueil du fiancé
Le cortège trouve l’entrée de la maison de la mariée
close - et des femmes décidées à en interdire l’accès.
Il s’agit d’un simulacre de défense et de tractation. Une
joute oratoire s’en suit entre les compagnons du fiancé
et les femmes velléitaires. C’est à qui mieux mieux de
trouver les strophes les plus spirituelles et les plus
hilarantes.
L’altercation fait place à la compréhension, la
réconciliation et l’entente. Un toast scelle le pacte et la
porte s’ouvre.
Le fiancé se fait laver les pieds avant de franchir le
seuil.
Une mère de famille préalablement choisie (couple uni,
succès personnel, mère modèle) vient chercher le
fiancé et le conduit par la main auprès de sa fiancée,
devant le Phakhouane où tous les participants sont en
place


Cérémonial du Soukhouane
Avant d’oeuvrer, l’officiant se fait consacrer par un aîné
qui lui noue le coton autour du poignet en récitant les
souhaits traditionnels.
L’officiant allume les cierges et met dans la main des
fiancés le fil de coton qui les relie au Phakhouane. Le
panier de riz est ouvert, les bouteille d’eau et d’alcool
sont débouchées.
L’officiant fait sa péroraison :
 il chasse les esprits indésirables et étrangers aux
corps des mariés;
 sonne le rappel des bons esprits, en vadrouille ou
en voyage,
 invoque tous les génies de la terre et du ciel pour
bénir l’union,
 donne des conseils aux mariés.
Cette déclamation est faite en prose rythmée.
Sa harangue terminée, l’officiant donne à manger aux
mariés une boulette de riz et un quartier d’oeuf puis il
leur donne à boire de l’alcool (le même oeuf et le
même verre pour les deux mariés, symbole d’union).
Il noue le fil de coton autour des poignets des mariés
en renouvelant et en ajoutant des voeux à leur union
heureuse et indissoluble.
La même opération continue avec des couples (en
général quatre), préalablement informés et placés à
proximité.
L’officiant guide les mariés à accomplir le rite du
Khalava - ou demande de pardon - demander pardon
aux parents, aux personnes âgées des familles, aux
bienfaiteurs, pour toute offense commise à leur égard,
volontairement ou involontairement, par intention ou
par paroles, par actes ou par omissions.
L’officiant récite les paroles à prononcer, répétées par
les mariés. Munis d’une coupe avec des étuis
contenant fleurs et cierges, ces derniers se prosternent
devant les personnes âgées, leur tendent la coupe pour
qu’elles prennent un étui, concrétisant leur requête.
Les personnes âgées, ayant pardonné, tendent aux
mariés le bout de leur écharpe (ou de leur mouchoir)
que ces derniers portent à leur front en signe de
respect et de reconnaissance. S’il s’agit des père et
mère, les mariés touchent de leur front le pied des
auteurs de leurs jours.
La cérémonie terminée, les cierges sont éteints. La
personne qui avait amené le fiancé au Phakhouane le
conduit à la chambre nuptiale

Et place au repas de noce ...

Merci à Mr Sayasack


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Jan - 17:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 10:18 (2010)    Sujet du message: Le mariage Répondre en citant

Le mariage : une affaire de tradition


La législation de la RDP Lao encadre le mariage avec précision. Pour les membres de certains groupes ethniques, comme les Hmongs ou les Khmous, les conditions du mariage ne sont pas les mêmes selon qu'on vit en ville ou à la campagne. La loi du 24 décembre 1990 stipule (article 9, paragraphe 2) que les personnes qui souhaitent se marier doivent être âgées au moins de 18 ans, ou 15 ans dans certains cas particuliers. Les deux futurs époux décident eux-mêmes de se marier : leur volonté suffit, sans qu'il soit besoin d'obtenir le consentement des parents ou d'une quelconque autre personne. T outefois, l'article 10 dispose : « Le mariage n'est pas autorisé lorsque les futurs époux sont atteints d'une incapacité mentale ou d'une maladie dangereuse pour la vie ou la santé de chacun des partenaires ou de ses enfants. Le mariage est également interdit entre une personne et l'un de ses descendants ou de ses enfants adop tifs, son tuteur et plus généralement entre les membres d'une même famille. »
La procédure de mariage est définie à l'article 11, paragraphe 3 de la même loi: « Les futurs époux doivent soumettre une demande écrite à l'autorité chargée de l'état civil un mois avant d'être convoqués pour signer l'acte de mariage en présence de trois témoins. » La loi n'exige aucune cérémonie traditionnelle de mariage. Celle-ci peut être omise, ou bien organisée le jour même de l'union officielle, ou encore plus tard. Aux termes de l'article 12, paragraphe 3, « les candidats au mariage deviennent officiellement époux à compter du jour de la signature ». Un citoyen lao qui épouse au Laos un conjoint d'une autre nationalité doit également se conformer à cette loi et suivre la même procédure ; un tel mariage est préalablement approuvé en conseil des ministres.
La pratique, à la campagne surtout, s'écarte fréquemment du cadre légal. Les Lao qui vivent en milieu rural se marient souvent très jeunes, vers l'âge de 14 ou 15 ans. Dans certains groupes ethniques, les conditions de vie quotidienne contraignent d'ailleurs les jeunes gens à fonder un foyer très tôt : il y aura ainsi, selon le cas, soit une bouche en moins à nourrir, soit une aide supplémentaire pour le travail aux champs. Souvent, en effet, les jeunes mariés continuent de vivre chez les parents de l'un ou de l'autre, selon l'accord passé avec ces derniers.
En dérogation à la loi, la polygamie est encore pratiquée dans les ethnies hmong et khmou, mais plus rarement aujourd'hui qu'autrefois. Fidèles à une tradition de longue date, les anciens de ces ethnies souhaitaient être entourés de plusieurs de femmes afin de partager les tâches familiales. Le nombre d'épouses constituait en outre un signe de richesse.



Choix la période du mariage :
Les Lao préfèrent généralement éviter la période du carême bouddhique pour se marier. Les ancêtres considéraient en effet que les trois mois durant lesquels les bonzes sont en retraite (du 15e jour de la pleine lune du 8 e mois au 15 e jour de la pleine lune du 11e mois du calendrier lao) ne sont pas appropriés pour un mariage conforme aux us et coutumes lao. Selon une croyance ancienne, la conséquence d'un mariage célébré pendant cette période serait que les époux ne vivront pas ensemble longuement : leur vie quotidienne sera pleine de difficultés, qui pourront conduire jusqu'au divorce.
« Les populations lao respectent le bouddhisme et s'en tiennent aux cinq préceptes du Bouddha pendant le repos des bonzes, explique M. Samane Houamsinh, responsable du projet de développement social de Vat Simeuang à Vientiane . C'est pourquoi les cérémonies de mariage qui ont lieu à cette époque ne correspondent pas à la tradition. Mais cela n'a rien de réglementaire, et quelques couples se marient quand même. » On considère que les mois les plus propices au mariage sont les mois pairs, comme les 12 e , 2 e , 4 e et 6 e mois du calendrier lao. Selon la croyance, le pair favorise des mariages durables, tandis que l'impair rend plus probable une future séparation.
De nos jours, le mariage donne lieu à des cérémonies plus importantes qu'autrefois. En ville, elles sont organisées dans de grands hôtels ou dans des restaurants fameux. Elles sont très coûteuses pour les parents des jeunes mariés, qui doivent acheter les aliments, réserver l'hôtel ou le restaurant, louer l'orchestre etc. pour faire honneur à leurs enfants lors de cette importante journée. Mais certains usages sont encore soigneusement respectés, comme la procession du gendre, la prière des nouveaux mariés aux parents et aux ancêtres ainsi que les offrandes effectuées lors du traditionnel baci, sous forme d'argent ou d'objets précieux.
 


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Mar 30 Nov - 08:37 (2010)    Sujet du message: Le mariage Répondre en citant

Sortie du carême bouddhique : mariages heureux !


Traditionnellement, au Laos, la sortie du carême bouddhique est chaque année un moment privilégié pour la célébration des mariages. Période privilégiée, mais pas obligatoire. En ce qui concerne le cérémonial, la culture lao a bien évolué et fait preuve de tolérance. Certaines personnes choisiront un mariage traditionnel, tandis que d'autres opteront pour un mariage un peu plus
« moderne », alliant la tradition lao et les usages occidentaux. Si un mariage, au Laos, peut aujourd'hui se dérouler dans l'intimité, il reste encore et malgré tout, un événement important dans la vie lao, auquel il est difficile de déroger.
La majorité des jeunes promis et leur famille choisissent la plupart du temps de montrer leur engagement personnel, bien avant le mariage, quelques mois voire même quelques années avant, lors d'une cérémonie de fiançailles. Cérémonie qui représente une charge financière non négligeable. C'est la raison pour laquelle les fiançailles et le mariage peuvent être célébrés, tout étant conditionnés aux moyens des familles et aux préférences du jeune couple.
Rien n'empêche les futurs mariés de se voir avant leurs noces. Ils peuvent participer ensemble aux préparatifs.
Le jour du mariage, le Hè Kheuy, le jeune époux, en costume traditionnel, accompagné de ses parents et amis, se rend en cortège, à pied, au domicile de sa fiancée, au son des tambours et d'autres instruments traditionnels, comme le khène lao par exemple. Si la résidence de la future épouse est très éloignée, et qu'il faut pour s'y rendre un moyen de locomotion, le cortège se formera à 50 mètres ou 100 mètres de la résidence, sous une haie d'honneur, d'où fuseront chants, rires, applaudissements, tout ceci de manière très joyeuse. Un mariage lao est une journée heureuse et très amusante.
Dans certains mariages lao, des garçons et des demoiselles d'honneur peuve nt accompagner le jeune couple tout au long de la journée, mais là aussi rien d'obligatoire : encore une fois, tout se résume à leurs préférences.
Une fois le cortège parvenu au seuil de la maison de la future épouse, il est accueilli par les parents de cette dernière. C'est là que commenceront les interrogatoires et les négociations sur la dot, avant qu'il soit permis à entrer. Les questions usuelles se résument à décliner son identité, son origine et la valeur de la dot. Cet échang e d'informations se fait uniquement entre les parents du jeune couple, de façon cordiale et polie, les fiancés n'ayant pas droit à la parole. Le marié remettra alors à sa future belle-famille, la somme d'argent et qui peut être considérée comme un
« droit d'entrée ». Il pourra alors pénétrer dans la maison ,accompagné du cortège, après s'être lavé l es pieds, comme le veut la tradition.
Dans la maison, les jeunes mariés se retrouvent assis côte à côte, entourés de leurs parents respectifs, et la cérémonie de mariage, le baci, soukhouan peut alors commencer. Elle est menée par un célébrant, le Mo Phone , le viel homme du village, qui, s'adressant au jeune couple, leur explique le sens du mariage. Des incantations sont ensuite prononcées et des cordelettes de coton blanc liées au poignet des jeunes époux. Un cadeau est aussi rem is aux parents de la mariée. La cérémonie dure une petite heure et les invités attendent à l'extérieur. Viennent ensuite les festivités : boissons et nourriture distribuées à profusion, sans oublier la musique, pour fêter la nouvelle union. Elles se déroulent traditionnellement dans la maison de la jeune épousée, ou de plus en plus, souvent à l'extérieur.
A la différence du mariage thaï, le mariage lao est un mariage que l'on pourrait qualifier de laïc, car aucun moine bouddhiste ne participe à la cérémonie. La coutume lao, bien que non obligatoire, est de convier les moines à prier pour le jeune couple lors d'une cérémonie extérieure de takbat , qui peut avoir lieu avant ou après le jour du mariage. En fin de soirée, le couple sera invité à consommer le mariage, dans une chambre préparée à son intention par les paren ts de la mariée et dont l'équipement a été payé par les parents du marié. Ils sont contraints d'y passer au moins trois nuits, après lesquelles le couple a la possibilité de sortir et, s'il le veut et le peut, de commencer sa nouvelle vie à deux. Dans le mariage traditionnel lao, la lune de miel, consiste en ces trois journées passées dans la chambre, mais de plus en plus, les nouvelles générations p artent comme les Occidentaux en voyage de noces .


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:37 (2016)    Sujet du message: Le mariage

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Culture et traditions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com