laos, le pays des millions de sourires Index du Forum
  laos, le pays des millions de sourires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

passé terrible

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> D'AUTRES PAYS D'ASIE -> Le Cambodge
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 14:11 (2010)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Un certain Phal témoignait déjà en 1979
Un jeune garçon nommé Phal (surnom commun de Chanphal) témoigne au tribunal populaire révolutionnaire siégeant à Phnom Penh en août 1979 pour juger « le crime de génocide commis par la clique Pol Pot-Ieng Sary ». Dans la partie du procès consacrée à S21, l’enfant déclare que son père s’appelle Chen et sa mère Yeuv. Les déclarations de Norng Chanphal devant les CETC le 2 juillet 2009 sont d’un tout autre acabit pourtant on a le sentiment qu’il s’agit de la même personne. Le hic c’est qu’aucune des parties ne lui a demandé s’il avait déjà été témoin, il y a trente ans.


Phal, le jeune garçon découvert à S21 par les troupes de libération est filmé avec son frère et les deux autres enfants dans "Les enfants du Cambodge". Le film n'est pas daté. Les images sont en consultation libre au centre Bophana à Phnom Penh. (Direction du cinéma du Cambodge)




Extraits :
« J’ai deux frères : Lit, 8 ans, et l’autre est mort dans la prison de Tuol Sleng à l’âge de 5 mois. J’ai été emprisonné avec ma mère et mes deux frères. Les gens de Pol Pot nous ont séparés de notre mère dès notre arrivée à Tuol Sleng. Ayant très faim, mon petit frère ne cessait de pleurer et finissait par mourir. Le jour, ils nous ont laissé, moi et Lit, à la cuisine. La nuit, nous nous couchions dans un petit compartiment, au rez-de-chaussée du même bâtiment. Nous n’avions qu’un pantalon et une chemise débraillés. Nous dormions sans moustiquaire ni couverture. Chaque nuit, nous étions la proie des innombrables moustiques. A chaque repas, nous avions droit à une louche de potage et une cuillerée de soupe avec un peu de sel. Chaque fois que les polpotistes étaient en colère, ils nous fouettaient sans pitié et nous frappaient sur la tête. Un jour, sans que nous sachions le motif, ils nous donnaient des coups de pieds par derrière, auprès d’un tas de vêtements qu’ils ont enlevés aux prisonniers. A ce moment, je les ai vus en train de tuer un garçon, un peu plus grand que moi, en l’écrasant contre un arbre, à côté de la cuisine. J’ignore où ils ont mis le corps de ce garçon. Quand ils ont tous quitté la prison, nous revenions à la cuisine. Comme nous n’avions pas le moyen de faire cuire du riz, nous mangions les restes du potage qui était déjà en état de fermentation. Nous mangions également les restes de repas réservés aux cochons. Durant un séjour en prison, j’ai vu des tortures les plus atroces que les polpotistes ont fait subir aux prisonniers. Ils ont chauffé une tige de fer à blanc et l’ont introduite dans les narines des prisonniers. Les prisonnières ont été immergées dans des jarres d’eau. Quelques jours avant leur départ, ils m’ont montré la photo de ma mère éven trée. » [...]
« Un jour, après le déjeuner, j’ai aperçu 5 types de Pol Pot emmener à la potence un prisonnier qui portait une culotte blanche et une chemise bleue. Après avoir introduit son cou dans le noeud coulant, ils tirèrent l’autre bout de la corde de telle façon que le pauvre malheureux s’élevât dans l’air. Puis ils lâchèrent la corde pour laisser tomber le prisonnier du haut de la potence. Ils recommencèrent le même jeu deux fois encore avant de traîner la victime dans une cellule à côté de la salle d’électrochocs. Peu de temps après, ils firent sortir un autre prisonnier ayant pour tout vêtement une culotte. Ils l’ont tué de la même manière. Après sa mort, j’ai remarqué que sa langue sortait de sa bouche. Ensuite ils ont amené un troisième qui marchait lentement parce que ses mains étaient occupées à retenir sa culotte dont l’élastique avait été défait. Ils l’ont fouetté et lui ont donné des coups de pied par derrière pour le pousser à aller plus vite. Au moment où le pauvre s’élevait dans l’air, sa culotte ayant glissé vers ses pieds, les polpotistes ont ri bruyamment. »


Extraits des documents du tribunal publiés par un groupe de juristes cambodgiens en 1988.

Autour du tribunal |
Un Commentaire sur "Un certain Phal témoignait déjà en 1979"
_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 14:11 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 14:13 (2010)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

ce n'est pas un document touristique sur le cambodge  mais c'est quand meme l'histoire de la region  de l'asie du sud est 
_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
mekong73
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2010
Messages: 161
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 15:32 (2010)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

ça devait etre horrible de voir ces gens torturés,malheureusement certains polpistes sont encore parmi nous et sont volatilisés dans la nature.

Revenir en haut
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 17:07 (2010)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

oui  tout comme certains  anciens  nazis   même s'ils commence a ce faire rares
_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Dim 22 Aoû - 13:36 (2010)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Je me demande comment on peut faire de telles atrocités, non seuleument à un homme, mais aussi un compratriote ! comme le dit Mékong , beaucoup de ces assassins sont encore la , bien tranquille.
Aujourd'hui encore le pays est traumatisé par de telles horreurs.


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Sam 8 Jan - 10:34 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant



Le Cambodge celèbre le 32 ème anniversaire de la chute des fumiers de Kmers rouges.






Dernière heure

Le Cambodge a célébré solennellement vendredi à Phnom Penh le 32e anniversaire de la victoire sur le régime des Khmers rouges, qui a permis au peuple cambodgien de mettre un terme à des années de génocide.

Dans son discours, Chea Sim, président du Parti du peuple cambodgien (PPC) et président du Sénat, a rappelé la lutte vaillante du peuple cambodgien pour renverser le régime génocidaire de Pol Pot, tout en soulignant les importants résultats tant politique que socioéconomique obtenus ces 32 dernières années par le peuple cambodgien dans son processus de renaissance, de rétablissement et d'édification nationales.

Le Cambodge a gravé dans son coeur le grande mérite des soldats volontaires vietnamiens qui ont combattu et sacrifié leur vie pour la libération et la renaissance du peuple cambodgien.

Il a estimé que grâce à la grande aide de l'armée et du peuple vietnamiens, la victoire du 7 janvier a mis fin à la période la plus sombre de l'histoire du Cambodge.

Il a affirmé que le PPC soutenait toujours les activités des Chambres extraordinaires des Tribunaux du Cambdoge (ECCC), appelant la communauté internationale à poursuivre son appui pour que l'ECCC achève ses missions tout en protégeant les résultats du pays, notamment la paix et la stabilité.

Chea Sim a affirmé que le PPC a particulièrement apprécié les résultats du processus de délimitation et de bornage des frontières avec ses deux pays voisins que sont le Vietnam et le Laos, et appuie les efforts en vue d'achever ce travail dans les délais prévus. Le PPC condamne énergiquement certaines forces qui cherchent à saboter volontairement le processus de délimitation et de bornage, a-t-il précisé.

Le PPC a également salué les résultats obtenus dans les conférences et forums récents organisés au Cambodge comme la conférence du Triangle de développement Cambodge-Laos-Vietnam (CLV), la conférence de développement Cambodge-Laos-Mynamar-Vietnam (CLMV), la conférence de la stratégie de coopération économique Irrawady-Chao Praya-Mékong (ACMECS), la 6e conférence internationale des partis d'Asie (ICAPP6).

De plus, il a souhaité normaliser la situation à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, répondant aux aspirations de paix des deux peuples, continuer le règlement des problèmes frontaliers avec la Thaïlande via des dialogues et préserver la souveraineté et l'intégrité territoriales. - AVI 
 


Revenir en haut
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Dim 9 Jan - 17:43 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

combien  encore de c'est horreur a travers le monde ?  je pense que beaucoup de pays sont encore plus ou moins gouvernés par c'est barbares 
_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Lun 10 Jan - 07:29 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Hélas oui, même si les choses changent très (trop) lentement, comme en Birmanie, il y a encore des pays ou c'est pas ça, même en 2011.

On a les moyens de changer les choses, mais pas l'envie, pas d'intêret et de moins en moins d'humanité...


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Mer 2 Fév - 07:15 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Trois dirigeants khmers rouges demandent leur libération

Poursuivis pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide sous le régime de Pol Pot, trois principaux chefs du régime khmer rouge ont demandé lundi leur sortie de prison. Leur procès doit débuter cette année.
Par Dépêche (texte)
 
AFP - Trois des principaux leaders du régime khmer rouge ont comparu lundi devant le tribunal international de Phnom Penh pour demander leur sortie de prison où ils attendent leur procès pour génocide, prévu pour débuter cette année.
Nuon Chea, l'idéologue du régime khmer rouge, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales et Khieu Samphan, le président du "Kampuchéa démocratique", sont poursuivis pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.
Les deux premiers ont semblé affaiblis et fatigués, ravivant la crainte que les accusés, âgés de 78 à 85 ans, ne soient plus tous en vie au moment du verdict.
L'ex-ministre des Affaires étrangères Ieng Sary, absent, ne s'était pas joint à cette requête. Son avocat a récemment demandé des audiences d'une demi-journée au procès, arguant que son client n'aurait pas la force de tenir plus longtemps.
Les quatre seront jugés pour leur implication dans la famine, les travaux forcés, les tortures et les massacres qui ont décimé quelque 2 millions de personnes entre 1975 et 1979, au nom de l'utopie marxiste délirante de Pol Pot, aujourd'hui décédé.
Les avocats des trois détenus ont argué que leur maintien en détention était illégal, les accusés n'ayant pas été traduits devant le tribunal quatre mois après l'émission de leur acte d'accusation.
"Il n'y a aucune raison concevable pour que Nuon Chea soit gardé en détention", a affirmé un de ses avocats, Jasper Pauw, à l'instar de la défense des autres accusés.
Les coprocureurs ont rejeté ces arguments, s'appuyant sur une autre interprétation des textes et ajoutant que les accusés devaient rester en prison pour empêcher toute pression sur les témoins.
Les quatre sont détenus depuis leur arrestation en 2007. Une décision est attendue dans les semaines à venir.
Ce procès sera le deuxième organisé par le tribunal, structure hybride mélangeant droits cambodgien et international, empêtrée dans des conflits, des soupçons de corruption et des accusations d'ingérence du gouvernement.
En juillet, Kaing Guek Eav, alias "Douch", patron de la prison de Tuol Sleng, où quelque 15.000 personnes avaient été torturées avant d'être exécutées, a été condamné à 30 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.





Revenir en haut
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Jeu 17 Fév - 07:13 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

ça ma toujours révoltés .   juger les coupable quand ils on  80 ans  .  autant les jugés après leurs   morts  au moins le procès  serais moins cher 
_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Dim 27 Fév - 09:49 (2011)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Et combien continuent de vivre tranquillement après avoir tué tant de ses compatriotes....

Un autre récit poignant, vu sur Lao.fr

Ma mère dans l'enfer des camps khmers rouges
  Posté par Prosith Kong







Arrivée en France en 1982 en tant que réfugiée politique, la maman de Prosith a survécu à trois ans et demi d'internement dans l'univers concentrationnaire des génocidaires cambodgiens. Elle raconte à son fils cette période funeste où deux millions d'individus ont été exterminés.


17 avril 1975, à Battambang, province natale de ma mère. Celle-ci avait 19 ans lorsqu'elle et sa famille ont rencontré les Khmers rouges pour la première fois. Vêtus de noir, ils étaient souriants mais armés. Ils venaient de prendre le pouvoir au Cambodge et tenaient des propos de paix réconfortants. C'est en partie ainsi qu'ils ont réussi à vider la capitale et les autres grandes villes de leurs habitants pour les amener vers les campagnes et les forêts. Ma mère se souvient très bien de ce premier contact : « Ils disaient que la paix était revenue et que le roi (Norodom Sihanouk) aussi allait revenir. » La foule était pleine de joie, croyant accueillir ses « libérateurs ».
Le roi allait certes revenir, mais pour cela il fallait vider les quartiers, les maisons, pour que « l'Angkar », l'organisation révolutionnaire des Khmers rouges, puisse sereinement chercher les derniers « traîtres », « les ennemis du pays ». Ils ont donc dit à la famille de ma mère qu'ils allaient juste, le temps des recherches, partir pendant trois jours. Ils sont partis pendant trois ans. « On ne savait pas ce qui se passait. On a juste pris le strict minimum car on pensait vite revenir. On a laissé notre chien à la maison pour qu'il la surveille », raconte-t-elle.


Une fois arrivée dans les camps, elle est séparée de sa famille. Les hommes et les femmes sont séparés. Les adultes et les enfants sont séparés. La famille, les amis, tout tissu social doit disparaître. A présent l'Angkar décide pour le peuple. L'Angkar est, à présent, la famille et l'ami du peuple. Mais pour que la jonction se fasse entre la population et l'Angkar, il fallait une épuration. Ce sont les intellectuels qui ont le plus souffert, 90% d'entre eux ont été exterminés. Tous les professeurs, philosophes, ingénieurs, diplomates, et même les bilingues. Tout ceux qui savaient réfléchir et pouvait donc formater une rébellion, était systématiquement tués. Mon grand-père, avocat, fut une de leurs victimes. « Il était grand, fort, courageux et généreux. Quand il a compris que les Khmers rouges étaient mauvais, il a quand même gardé la tête haute. Mais ils nous ont séparés. Il doit être mort à présent. » Sur les dix frères et sœurs que ma mère avait, son grand frère à été tué et son petit frère, qui avait 7 ans, est mort de faim et de fatigue.
Elle, ma mère, la fille d'avocate qui vivait dans une jolie maison, a été contrainte de creuser des routes, construire des rizières, transporter de la terre à longueur de journée. Elle, la fille d'avocate, a vu des morts, de la souffrance et de la peur. « Il ne fallait pas parler. On se méfiait de tout le monde car l'Angkar avait des yeux et des oreilles partout. Ils enrolaient des enfants pour nous surveiller et dénoncer le moindre geste. Certains enfants dénonçaient même leurs parents. Mais ce n'était pas de leur faute. Ils étaient jeunes et facilement manipulables. »
Angkar, Angkar… « Ils ne parlaient qu'au nom de ça. L'Angkar veut ci, veut ça, il faut le faire pour l'Angkar… On ne savait pas qui était réellement le chef ou les chefs. On ne savait pas pourquoi il fallait travailler. On obéissait, c'est tout. »


Voici donc quel fut le quotidien de ma mère et des millions de Cambodgiens, durant ce génocide. Travailler et se taire. Près de deux millions de morts, certains sont mort par les armes ou sous la torture. D'autres sont mort par le travail et la famine. « On entretenait des rizières, on cultivait du riz en masse. Il y avait beaucoup de riz sous le régime. Pourtant on mourrait tous de faim. Où passait le riz ? » Ma mère est restée trois ans et demi dans le camp khmer rouge, puis, de 1979 à 1982 elle a vécu dans les camps de réfugiés thaïs. La même année, elle est arrivée en France en tant que réfugiée politique.
Plus de 30 ans après les faits, le traumatisme est toujours là. Un jour je regardais une émission sur le Cambodge avec ma mère. Soudain, elle se mit à pleurer à la vue de certaines images. « C'est moi qui ai construit ce pont, ce barrage, tout çà… » Quel choc ce fut pour moi.
Prosith Kong


Revenir en haut
Floriannie34


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2012
Messages: 55
Localisation: Jacou

MessagePosté le: Dim 27 Mai - 12:32 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

En 1993, j'ai visité le centre Tuol-Sleng de Phnom-Penh, ce fût une vrai tragédie pour le peuple Khmer !
On commence par visité une pièce ou les murs sont couvert avec de grandes photos (portrait des victimes), et plus on avance de salle en salle, plus les photos sont petite et nombreuse !


Il y a aussi énormément de site ou de sanctuaire sur le sujet du Génocide ...











Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Dim 27 Mai - 12:35 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

C'est terrible tout ça, je me demande toujours comment on peut tuer, surtout des centaines de gens, femmes enfants , ...un traumatisme qui ne s'effacera jamais pour les survivants, heureusement ils ont la force de remonter et le pays continue d'avancer doucement.

Revenir en haut
rosa


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2012
Messages: 151
Localisation: Annecy

MessagePosté le: Dim 27 Mai - 15:54 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Il n'y a pas de mots pour décrire ces faits, comment est-ce possible de tels massacres, c'est incompréhensible, comment des assassins pareils peuvent-ils continuer à vivre sans état d'âme, c'est inhumain!!! Inimaginable!!!

Tous ces pauvres gens traumatisés à vie et sur plusieurs générations, c'est horrible d'avoir vécu de telles moments, terrible, comment ça peut exister?!

Quelle force faut il avoir pour surmonter ces épreuves....
_________________
« Le voyage est un retour vers l'essentiel » Proverbe tibétain
SMILEYS


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Floriannie34


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2012
Messages: 55
Localisation: Jacou

MessagePosté le: Lun 28 Mai - 13:36 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

OUI, c'est une réelle tragédie, comme seul les humains savent en faire !  gonfle

Revenir en haut
jeanjean
Super membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 839
Localisation: reims

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 19:43 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

est ce des hommes  ou des monstres qui  on fait  ça  .      vraiment  l’être humain a complètement  disjonctés 


_________________
le pays ou en s'ennuie pas


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Floriannie34


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2012
Messages: 55
Localisation: Jacou

MessagePosté le: Dim 3 Juin - 18:47 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

ffe  Il reste plus qu'à prié !




tchaï  pour ta réponse  ooommmm


Revenir en haut
chouca0


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2011
Messages: 49
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Mer 6 Juin - 20:53 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

Je suis en train de finir le roman de Patrick Deville qui s'intitule Kampuchea C'est très intéressant et parle du pays en se promenant de la découverte d'Angkor aux Khmers rouges. Il remonte même au Cambodge et va jusqu'à Luang Prabang en suivant le Mékong. Il y a des réflexions très perturbantes.  C'est un livre politique présenté comme une errance dans le temps et les lieux.

J'ai visité Tuol Sleng, la prison S 21 à Phnom Pemh. Très dur aussi.


Revenir en haut
Floriannie34


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2012
Messages: 55
Localisation: Jacou

MessagePosté le: Jeu 7 Juin - 14:27 (2012)    Sujet du message: passé terrible Répondre en citant

chouca0 a écrit:


J'ai visité Tuol Sleng, la prison S 21 à Phnom Pemh. Très dur aussi.



C'est loin d'être un spectacle réjouissant ! On ressort de ce site avec un arrière goût amer   Crying or Very sad


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:51 (2016)    Sujet du message: passé terrible

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> D'AUTRES PAYS D'ASIE -> Le Cambodge Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com