laos, le pays des millions de sourires Index du Forum
  laos, le pays des millions de sourires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les Akhas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Population du Laos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 12:47 (2010)    Sujet du message: Les Akhas Répondre en citant

Les Akha, qui vivent dans les provinces septentrionales du Laos ( Luang Nam Tha, Phongsaly, Oudomxay et Bokèo…), sont venus du sud de la Chine il y a plus de deux siècles. Cette ethnie, l'une des 49 que compte le Laos, a toujours conservé son mode de vie et ses us et coutumes. Selon le recensement national effectué en 1995, elle représente
1,4 % de la population totale du pays. Cette ethnie s'appelle elle-même Akha. On la connaît aussi sous l'appellation Ikor. L'ethnie Akha se compose de plusieurs sous-groupes : Chichor, Pouli, Pana, Fé, Oma, Noukoui, Louma, Eupa, Chipia, Mouchi, Yaeu, Keu, Mouteune, Mamouang, Phoukhoua, Pilou, Picho, Phouxang et Kongsat.
Langue : sans écriture, la langue des Akha fait partie de la branche sino-tibétaine.
Bien qu'il n'y ait pas d'écrit, cette ethnie conserve un riche patrimoine culturel, transmis par tradition orale, et possède un mode de vie spécifique. Les Akha sont animistes et ont recours au chamanisme. Leurs croyances sont peuplées d'esprits, qu'ils soient bons ou mauvais. Les bons esprits sont ceux de la maison et du village. Ce sont les âmes de leurs ancêtres qui veillent sur eux et les protégent. Chaque maison possède un autel. Au contraire, les mauvais esprits sont ceux qui habitent dans les montagnes, les forêts et les rivières et qui sont responsables de tous les maux : maladie, accident, mauvaise récolte, envoûtement et autres.
Leurs us et coutumes sont régis par certaines règles et codes immuables, appelés kam ou khalam, dont voici quelques exemples : l'implantation d'un village et l'orientation des maisons ; certains jours sont chômés ; il est interdit de négliger des objets appartenant au village, notamme nt les portes d'entrée; ne pas se promener dévêtu ; se déchausser avant d'entrer dans la maison ; ne pas entrer avec de la viande crue dans le village ; interdiction aux jeunes de chanter, de danser ou de discuter dans les maisons.
Certaine de ces règles sont discriminatoires : par exemple, il sera interdit à une femme enceinte avant le mariage d'accoucher au village ; les jumeaux, les nouveaux-nés malformés ou anormaux sont bannis du village ; les veuves ne sont pas autorisées à mourir dans le village.
Des règles s'appliquent aussi aux animaux. Une truie qui met bas dans le village un ou deux porcelets est un mauvais sort qu'il faut conjurer. Elle sera abattue et offerte en repas à la communauté

Si des Akha ne veulent pas se soumettre aux lois séculaires de leur village, ils devront en changer, ou bien construire un nouveau village. Pour ce faire, le chaman du village accomplira le rite de l'œuf afin de déterminer le site ou sera implanté le nouveau village. L'œuf est jeté au sol et les fondations de la première habitation akha s'élèveront là où l'oeuf s'est brisé. De nos jours, cependant, plusieurs villages akha ont changé certaines de leurs traditions sous l'influence du développement économique.

Après son mariage, un jeune homme devra quitter la maison familiale et construire une maisonnette contiguë à son ancienne demeure, mais sa femme et lui continueront à prendre leurs repas avec sa famille. Le fils aîné de la famille ne pourra revenir habiter dans la maison que lorsque son père ou sa mère sera décédé. Il est interdit aux jeunes épouses de retourner dans leur maison familiale après s'être mariées. Un visiteur étranger ne devra pas entrer dans une maison ni traverser un village akha sans y avoir été autorisé. Si ce principe n'était pas respecté, le contrevenant s'exposerait à une amende : un cochon ou bien une somme d'argent. Chez les Akha il est d'usage de ne pas refuser les invitations ou les offrandes, un refus étant considéré comme un affront.
Assistées par une sage-femme ou des villageoises, les femmes akha accouchent dans leur maison. Les Akha pensent que la mort est un changement de monde par lequel ils peuvent rejoindre les âmes de leurs ancêtres. Le calendrier des fêtes et des cérémonies rituelles de l'ethnie akha est très riche : la fête de la balançoire, qui a lieu entre les huitième et neuvième mois, le Nouvel An akha, entre les premier et deuxième mois, la fête des esprits des eaux, la fête des semences, ainsi que les rites destinés à chasser les insectes ou les mauvais esprits de la maison ou du village, la cérémonie de récolte du riz, celle de l'entretien de la porte du village etc., toutes sont scrupuleusement observées. Les Akha cultivent le riz, le maïs, le pavot (jusqu'à ce que la culture de ce dernier soit interdite) ainsi que divers féculents. En ce qui concerne l'élevage, ils élèvent surtout des bœufs, des buffles, des porcs et de la volaille. Les buffles sont utilisés comme bêtes de somme
Costumes

Les femmes akha portent en général des costumes très colorés composés d'une jupe courte et d'une veste très serrée. Elles se parent d'une coiffe couverte de pièces d'argent reliées les unes aux autres par des fils de couleur. Elles portent également une jambière du genou à la cheville. Les hommes ont tendance aujourd'hui à porter des vêtements communs, mais ils sont encore nombreux à porter l'habit traditionnel, composé d'un large pantalon et d'une veste sans col de couleur bleu marine


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 12:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 12:48 (2010)    Sujet du message: Les Akhas Répondre en citant

Complément d'infos, trouvés chez apsara:


L'ethnie Akha
Au Laos, les Akha ou Iko habitent le long de la frontière chinoise, dans les provinces de Phongsaly, d'Oudomsaï, de Bokéo et de Luang Namtha. On retrouve cette ethnie en Chine au Yunnan (500 000), en Birmanie dans l'etat Shan (40 000), en Thaïlande du nord (40 000). Au Laos, le groupe Akha (62 000) représente le deuxième groupe de "Lao soung" après les Hmong. Les Akha sont arrivés au Laos entre 1850 et 1900 du Yunnan et de Birmanie. Ils sont environ 29 000 dans la province de Phongsaly et 26 000 à Luang Namtha. L'histoire de cette ethnie est une longue migration nord-sud partant du Tibet en passant par la Birmanie, le Yunnan pour terminer actuellement au nord-ouest du Laos et au nord de la Thaïlande. Lors de cérémonie funèbre, leur origine peut être écoutée lors de chants retraçant la migration de l'ethnie. Les Akha comme d'autres ethnies sont méconnus des Lao eux mêmes. Il faut dire que la grande majorité des villages vit encore en quasi-autarcie. En 1993, quelques villages n'utilisaient pas la monnaie nationale, le Kip, mais préféraient la piastre en argent d'Indochine.



ORIGINALITES PRINCIPALES DE L'ETHNIE:

[*] l'importance des portiques aux esprits (très colorés chez les Akha Pouly) des villages, limites spirituelles et physiques entre le monde des humains, de leurs âmes et de leurs esprits et entre le monde extérieur.
[*] Un calendrier d'activités et de cérémonies communautaires complexe; La semaine akha compte 12 jours déterminant les jours favorables et défavorables pour chaque activité.
Cérémonies annuelles: la fête des oeufs de poule et des oiseaux, fête de la préparation des pentes pour le riz, fête en l'honneur de l'esprit du riz, des forêts et des montagnes avant de semer le riz, fête des balançoires, fête avant la récolte du riz, fête du Nouvel An (la plus importante de l'année). Lors de chaque cérémonie, un cochon est sacrifié.
[*] la naissance de jumeaux est considérée un fait honteux. Le couple doit abandonner les nouveaux-nés dans la foret sinon il risque d'être banni du village. cette croyance se perd d'autant plus qu'elle est interdite par les autorités. les jumeaux sont donnés à des Lao qui ne peuvent avoir d'enfant.
[*] la richesse de la coiffe des femmes akha composée de piastres indochinoises (une piastre=27gr d'argent) et autres pièces des pays voisins ( Baht thaïlandais, Yuan chinois).
[*] dents des femmes teintes en rouge a l'aide d'une résine produite par un insecte, récoltée sur un arbre.
[*] l'art du filage du coton, de la teinture des vêtements à l'indigo, du travail de l'argent.
[*] Pratique de la polygamie
[*] villages situes entre 700 et 1600m. d'altitude
[*] le massage est une activité féminine dont bénéficient les maris et les invités.
[*] la culture du pavot et la consommation de l'opium surtout par les hommes, opium dont la vente représente le principal revenu de l'année.
[*] consommation de viande de chien.
[*] un grand sens de l'hospitalité


Revenir en haut
Pat
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 3 247
Localisation: pas du tout la ou je voudrais

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 06:26 (2011)    Sujet du message: Les Akhas Répondre en citant

L'ethnie akha en changement


L'ethnie akha, qu'on appelait autrefois iko ou laoko, est l'une des ethnies les plus anciennes parmi les ethnies communautaires du Laos. Les Akhas ont longtemps eu l'habitude de se tenir à l'écart des autres ethnies et de vivre entre eux, ne croyant que les sages qui expriment les traits de leur vie sociale, et vénèrent leurs ancêtres autant que des anges. Par-dessus tout, ils chérissent une vie paisible, un peu à l'extérieur du monde. Ils préfèrent généralement construire leurs habitations à flanc de montagne.
Selon l'une de leurs anciennes croyances, si une femme donne naissance à des jumeaux, ce seront des enfants néfastes (qui porteront malheur). Mais aujourd'hui, cette croyance n'a plus cours, ni, parmi les autres croyances, celles qui sont inutiles à la vie quotidienne. Lorsque des fonctionnaires se rendent en visite dans un village, il est de coutume que l'autorité du village charge des jeunes femmes de les accueillir avec de rapides massages.
Actuellement, les Akhas vivent surtout dans les provinces de Luang Namtha, de Bokèo, d'Oudomxay et de Phongsaly. Grâce à la direction du Parti populaire révolutionnaire lao, l'ethnie akha a abandonné plusieurs de ses traditions, notamment des croyances abstraites qui étaient pour elle comme des dogmes religieux. Aujourd'hui, elle peut vivre plus facilement au contact de beaucoup d'autres ethnies, elle s'est adaptée aux nouveaux modes de vie de notre époque. Les autorités ont regroupé les petits villages en ensembles plus vastes, la culture sur brûlis a laissé la place à des cultures dans les champs et les jardins, ainsi qu'à l'élevage d'animaux quadrupèdes, qui relève le niveau de vie des paysans.
Phiyeu est un nouveau village akha, à une bonne dizaine de kilomètres de la municipalité de Meuang Sing, province de Luang Namtha. Ses habitants s'y sont refugiés en abandonnant l'ancien village de Xiengkhèng, éloigné de 40 km de Phiyeu. En 1982, au moment du déplacement du village, il n'y avait que sept familles, alors que le nouveau village en compte aujourd'hui 60, soit plus de 300 habitants. Phiyeu est le nom le premier chef du village, devenu aujourd'hui conseiller du village, dont tous les travailleurs sont ses fils, neveux ou nièces, qui dirigent le village en tenant compte des changements socio-économiques de ces dernières années.
Phiyeu est devenu aujourd'hui un village modèle pour l'élevage et l'agriculture. On y compte quelque 500 buffles et bœufs, une centaine de porcs, et chaque année, les habitants vendent du maïs, des haricots et autres à des clients chinois, ce qui leur assure des revenus complémentaires.
De la rencontre avec M. Phiyeu, conseiller du village, nous pouvons conclure que ce village a beaucoup de bonnes maisons et qu'il a atteint une certaine stabilité. On y voit beaucoup de pick-up et de tracteurs, des motos, des vélos, qui montr ent que la vie de ses habitants s'est améliorée. Par ailleurs, plusieurs de ses jeunes gens ont suivi des études à Vientiane, en Chine ou au Vietnam et travaillent maintenant dans les diverses organisations d'Etat, et, comprenant bien les raisons de la pauvreté qui régnait pendant les dernières années, forgent aujourd'hui de nouveaux liens de solidarité pour créer une vie nouvelle sous la direction du Parti. Dans les plantations de cannes à sucre, de maïs ou de haricots, écoutons les chansons traditionnelles akkhas de ces jeunes gens, qui sont en train de soigner leur récolte pour réussir leur vie...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:35 (2016)    Sujet du message: Les Akhas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     laos, le pays des millions de sourires Index du Forum -> DECOUVRIR LE PAYS -> Population du Laos Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com